Le lundi
27 avril 2015

 

English
Español
Português

FaceBook Daniel Turp  Twitter
Le mot de Daniel Turp

Dernières nouvelles

Pour un geste d'appui aux semeurs de bonheur (Notes pour une allocution à l'occasion du concert-bénéfice de la Société pour les arts en milieux de santé (31 mars 2015)

« Radio Ville-Marie- Nouvelle dérive dans le paysage de notre radiophonie » (Le Devoir) (24 mars 2015)

Rapport de la mission d'observation du Parti Québécois en Catalogne (Conseil national) (7 février 2015)

Écosse-Catalogne-Québec- Tableau comparatif 1 (Données statistiques et politiques)

Ecosse-Catalogne-Québec- Tableau comparatif 2 (Questions et résultats référendaires)

Québec exhorté à s'ajuster aux normes antitabac (Le Soleil) (19 janvier 2015)

Aussi dans ce mot

Abonnez-vous

Votre courriel :

27 avril 2015
(No 2015-17)

En route vers Beijing, via Hong Kong, et le ralliement de Bernard Drainville à Pierre-Karl Péladeau dans le cadre de la course à la chefferie du Parti Québécois

 
Drapeau de Hong Kong

J'ai repris la route, vers l’Asie cette fois-ci, pour participer au Programme d’été en droit chinois de ma faculté de droit de l’Université de Montréal. Avant de me rendre à Beijing et y retrouver les 76 étudiants et étudiantes dont j’encadrerai les travaux durant les deux premières semaines du programme, je me rends à Hong Kong pour quelques jours. Il me sera permis de découvrir cette Région administrative spéciale (RAS) de la République populaire de Chine dont j’évoque souvent la personnalité juridique internationale dans mes cours de droit des gens. Je vous rappelle que l’île de Hong Kong fut cédée au Royaume-Uni par le Traité de Nankin en 1842 et qu’une Convention pour l’extension du territoire de Hong Kong concédait en 1898 un bail de 99 ans sur le Nord du territoire actuel de Hong Kong. Une Déclaration conjointe de la Chine et du Royaume-Uni sur la question de Hong Kong a été adoptée en 1984 pour mettre fin à ce bail. La rétrocession qui y était prévue est effective depuis le 1er juillet 1997.

Hong Kong a sa propre loi fondamentale (Basic law of the Hong Kong Special Administrative Region of the People’s Republic of China) et celle-ci confère un certain degré d’autonomie à la région, y compris une autonomie internationale. Celle-ci se reflète par le fait qu’Hong Kong a sa propre devise ($ HK), est membre d’organisations internationales, notamment de l’Organisation internationale du commerce (OMC), et participe à des compétitions sportives internationales.

L’autonomie interne, qui obéit à un principe connu sous le vocable « un pays, deux systèmes », est garantie quant à elle jusqu’en 1947, mais donne lieu à des revendications visant à consacrer le caractère démocratique du système politique distinct de Hong Kong. Des manifestations pour défendre la démocratie sont organisée le 1er juillet à chaque année et celle du 1er juillet 2014 a rassemblé plus de 500 000 personnes. Au moment où j’écris ces lignes, un grand débat a cours à Hong Kong suite à la présentation le 22 avril 2015 du plan du gouvernement de la RAS de Hong Kong sur les modalités d’élection du chef de l’Exécutif. Et comme le rapportait le journal Le Monde le jour de cette annonce dans un article intitulé « Verrouillage démocratique à Hong Kong avec le plan de réforme électorale », « [l]a proposition du gouvernement ne fait aucune concession aux partisans d’une '' vraie démocratie '', malgré les trois mois de protestation et d’occupation, globalement pacifiques, à l’automne 2014, dont l’objectif était d’obtenir de Pékin un mécanisme où un candidat indépendant du pouvoir chinois ou d’opposition aurait une chance d’être élu. Le mouvement des parapluies, baptisé « Occupy Central », s’était dissous le 11 décembre 2014 sans avoir rien obtenu ».

Peut-être verrais-je des quelques parapluies pour la démocratie durant mon séjour qui se prolongera jusqu’au dimanche 3 mai 2015 !

 Le ralliement de Bernard Drainville à  Pierre-Karl Péladeau

La course à la chefferie du Parti Québécois a connu un autre moment de vérité le mercredi 22 avril dernier avec l’annonce du ralliement du député de Marie-Victorin, Bernard Drainville au candidat Pierre-Karl Péladeau. Lors de sa conférence de presse, il a déclaré : « J’y allais pour gagner. Ceux qui me connaissent savent que je joue pour gagner. Toujours. J’ai tout donné, comme mon équipe, mais il faut se rendre à l’évidence: dans les dernières semaines, le vote s’est cristallisé et Pierre-Karl a rassemblé une nette majorité derrière lui. […]. Continuer la course en sachant cela n’aurait pas eu de sens. Pour continuer, y’aurait fallu mener une campagne très dure, trop dure. Il ne faut pas être trop égoïste là-dedans. Il faut penser à l’équipe, à notre parti et à la cause qu’on porte ». Les députés Sylvain Gaudreault (Jonquière), Alain Therrien (Sanguinet), Mathieu Traversy (Terrebonne), Sylvain Roy (Bonaventure) et Guy Leclair (Beauharnois), qui avaient donné leur appui à Bernard Drainville, ont également décidé de soutenir la candidature de Pierre-Karl Péladeau. Ce dernier a salué la « décision courageuse » de Bernard Drainville et réagi à ce ralliement en rappelant l’importance du rassemblement. Il a ajouté : « Nous avons un objectif commun, celui de faire l’indépendance. Travaillons tous ensemble pour y arriver ».

Pierre-Karl Péladeau et Bernard Drainville
Photographie : Le Nouvelliste, 2015

La course à la chefferie se poursuit donc et les candidats Pierre Céré, Alexandre Cloutier et Martine Ouellet s’affronteront lors du quatrième débat officiel qui aura lieu à Rimouski le dimanche 3 mai 2015 et aura pour thèmes « La culture et le développement régional ». 

***** 

Salutations de l’aéroport Charles-de-Gaulle où je suis à nouveau… en attendant un vol qui quitte Paris à 22 h 35 ce soir et qui me conduire à Hong Kong où j’arriver à 17 h 15 demain !

 



Parti Québécois
Troisième débat officiel
Québec
16 avril 2015

Turp.tv

Le carnet électoral

Revue L'Opéra

Clef Centre lyrique

Radio Ville Marie

Fondation Chapelle historique

 
Copyright © 2011 Daniel Turp. Tous droits réservés.