Le samedi
20 décembre 2014

 

English
Español
Português

FaceBook Daniel Turp  Twitter
Le mot de Daniel Turp

Dernières nouvelles

Conservatoires- Une année de mobilisation sans précédent (Des idées en revues- L'Opéra- Revue québécoise d'art lyrique) (Le Devoir) (16 décembre 2014)

Hommage à Gérald Godin- « Les humains ne parlent qu'une langue, lorsqu'ils laissent parler leur coeur » (Notes pour une allocution de Daniel Turp) (14 décembre 2014)

Le Prix Bonnefous et la pérennité du Concours de procès-simulé en droit international Charles-Rousseau (Notes pour une allocution de Daniel Turp) (1er décembre 2014)

Le droit de décider du peuple basque (Notes pour une allocution devant le Parlement basque) (12 novembre 2014)

Consultation en Catalogne- Le droit de décider et le principe démocratique (Le Devoir) (5 novembre 2014)

Aussi dans ce mot

Abonnez-vous

Votre courriel :

15 décembre 2014
(No 2014-44)

Un hommage à Gérald Godin et une présentation du rapport d'observation de la mission en Catalogne au Comité des relations internationales du Parti Québécois


Gérald Godin

En présence du Premier ministre Bernard Landry et du chef du Bloc Québécois Mario Beaulieu, j'ai participé le dimanche 14 décembre 2014 à un événement visant à commmémorer les 20 ans du décès de Gérald Godin. Celui rassemblait toutes les persones qui lui avaient succédé comme membre de l'Assemblée nationale pour la circonscription de Mercier : Robert Perreault, Nathalie Rochefort, l'actuel député Amir Khadir et moi-même. Je reproduis ci-après le texte de l'allocution que j'y ai prononcée :

« Hommage à Gérald Godin :
« Les humains ne parlent qu’une langue lorsqu’ils laissent parler leur cœur »

Mesdames, messieurs,

Gérald Godin était connu pour son ouverture, ses convictions et son humanité. La circonscription de Mercier, qu’il a représenté à l’Assemblée nationale du Québec de 1976 à 1994, puisait- et puise encore aujourd’hui- son identité dans le fait que plusieurs communautés aux origines multiples s’y côtoient depuis des décennies. Le député Godin était fier de l'apport important des communautés issues de l'immigration à la vie québécoise, et en particulier à sa culture. Il voulait les associer pleinement à la construction  du pays du Québec qui était aussi le fondement de son engagement politique. Plusieurs membres de ces communautés qui ont connu Gérald Godin s’en souviennent avec beaucoup d’affection. L’hommage d’aujourd’hui et leur présence- notre présence à tous et toutes- en témoignent.

Le plus beau témoignage que l’on peut rendre à Gérald Godin est sans doute de le faire parler, par ses mots qui continuent sa vie. L’un de ses plus beaux  textes, celui que j’ai aimé citer, réciter, pendant mon mandat de député de Mercier, que je vous lis pour conclure mon allocution, est celui du député-poète dont nous célébrons la mémoire aujourd’hui, dont j’aurai été, comme mes collègues Perreault, Rochefort et Khadir, le fier successeur. Je partage avec vous son poème « Langue du cœur », tiré du recueil Les Botterlots publié aux Éditions L’Hexagone en 1993 et nous invite à nous en imprégner et nous en inspirer dans votre vie personnelle et collective :

La langue du cœur

En espagnol ont dit corazón
en grec on dit kardia
en italien on dit cuore
en français on dit cœur
en anglais on dit heart
en allemand on dit Hertz
en portugais on dit coração
en yiddish on dit herts
dans toutes les langues on parle du cœu,
la racine est le mot sanskrit kerd
les humains ne parlent qu’une langue
lorsqu’ils laissent parler leur cœur.

À toi, Gérald Godin, qui n’a parlé qu’une langue, la langue du coeur, merci! »

Les propos des diverses personnes qui ont été invitées à rendre hommage à Gérald Godin, et notamment des personnalités des communautés grecque, portugaise et chilienne, sont rapportés dans un article publié dans Le Devoir de ce matin sous la plume de Laura Pelletier et le titre « 20e anniversaire du décès de Gérald Godin- Le Québec idéal d'un ministre poète ».

La présentation du rapport d'observation de la mission du Parti Québécois sur la consultation en Catalogne

Le Comité des relations internationales du Parti Québécois se réunit ce soir à la Permanence nationale et j'ai été invité, en ma qualité de président de la Mission du Parti Québécois en Catalogne, à y présenter le rapport d'observation sur la consultation du 9 novembre 2014. Rédigé dans sa version préliminaire par son rapporteur Mathieu Désilets avec la collaboration de Jean-Thomas Grantham et Patrice Labonté, le rapport propose une mise en contexte du projet d’indépendance de la Catalogne, rappelle le calendrier de la mission et résume les échanges des membres de la délégation lors des rencontres avec des personnalités de la société civile ainsi que des mouvements et partis politiques. Des observations son formulées sur le processus participatif qui a conduit au scrutin du 9 novembre 2014. Il contient une analyse des questions qui ont suscité un intérêt particulier pour les membres de la délégation, et notamment l’implication de la société civile, la mobilisation citoyenne et le rôle des médias sociaux, l’existence d’un front commun pour l’indépendance et du caractère rassembleur du projet collectif, la préparation d’un livre blanc par un Comité de transition nationale ainsi que des résultats du processus participatif. Il contient des recommandations qui seront soumises à l'attention des membres du Comité des relations internationales. Une version définitive du rapport sera préparée au lendemain de la réunion et devrait faire l'objet d'une présentation lors du Conseil national du Parti Québécois qui doit avoir lieu à Montréal le 7 et 8 février 2015.

*****

Je vous souhaite une agréable semaine... et vous ferai parvenir mon dernier mot de l'année ainsi que mes voeux pour Noël et le Nouvel An lundi prochain!

 



Philémon et Baucis
Joseph Haydn
L'Illusion, Théâtre de maronettes,  2014

Turp.tv

Le carnet électoral

Revue L'Opéra

Clef Centre lyrique

Radio Ville Marie

Fondation Chapelle historique

 
Copyright © 2011 Daniel Turp. Tous droits réservés.